« Pour fumer à la récré, il te faut du papier en règle ! »

Article paru dans Charlie Hebdo:

Jeudi 12 septembre, devant le lycée Laplace, à Caen. Pendant l’intercours, comme dans beaucoup d’autres bahuts de France, un groupe de lycéens va s’en griller une devant l’établissement… Banal.

Des pandores qui passent par là voient des jeunes la cigarette au bec, contrôle d’identité… Toujours banal, hélas !

Mais ce qui l’est moins, c’est l’arrestation d’un des leurs : tous contrôlés, donc, mais seul Steve O., un jeune Nigérian de 21 ans, est arrêté et enfermé au centre de rétention administrative de Rennes, parce que étranger et sans-papiers.

Arrivé mineur en France, Steve prépare un CAP couvreur en alternance et bénéficie d’un contrat jeune majeur du conseil général du Calvados. Mais la préfecture lui a délivré une obligation de quitter le territoire, dont la validité a été confirmée par le tribunal administratif (TA).

Le cas de Steve est exemplaire de ce qui tend à se banaliser pour les jeunes étrangers sous la paire Hollande-Valls : arrivés mineurs, donc en situation régulière, pris en charge par l’État, qui, en rejetant presque systématiquement leur demande de régularisation, les transforme en sans-papiers à leur majorité.

Regardons le déroulement : un môme arrive en France, il est pris en charge dans le cadre de la loi qui protège les mineurs, il est scolarisé. Jusque-là, tout va bien.

Il fait des études, vit plusieurs années ici, devient majeur, mais reste sous protection du conseil général. Et c’est là que tout s’écroule, que les rêves se brisent : à 18 ans, la préfecture refuse de lui accorder un titre de séjour. Pourtant, elle peut le faire, mais la circulaire Valls de novembre 2012 ne l’y encourage pas en multipliant les conditions permettant à un étranger arrivé mineur en France d’obtenir un titre de séjour à sa majorité. L’État fabrique ainsi délibérément un sans-papiers.

C’est absurde, brutal et inhumain, mais accepté — et même défendu si l’on en croit le bilan des arrestations et expulsions de cet été — par ce gouvernement qui refuse de modifier la loi sur le séjour des étrangers, alors même que certains de ses membres l’ont combattue… quand ils étaient dans l’opposition !

Le 31 octobre 2005, une circulaire de Sarkozy suspendait les arrestations de lycéens, et il était alors recommandé à la police d’« éviter […] des démarches dans l’enceinte scolaire ou dans ses abords » !
Le changement a eu lieu, mais certes pas dans le bon sens : ce que les ministres de l’Intérieur successifs sous la droite s’étaient abstenus de faire, un ministre de l’Intérieur de gauche (?) le remet au goût du jour !

Et même si Steve a été libéré par le TA le 16 septembre pour « manque d’examen de sa situation », tous les jeunes majeurs sans papiers, mais qui ont pourtant tenté de régulariser leur situation et qui sortent s’en rouler une à la récré, sont dorénavant en danger.

Cath-Expulse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s