Le principal organisme de formation des chômeurs au bord de la faillite

Depuis l’ouverture du secteur de l’accompagnement et de la formation des demandeurs d’emploi à la concurrence, plusieurs entreprises privées et associations, aux origines et structures douteuses et aux buts purement lucratifs, se sont créées. Souvent financées et encouragées par les régions et l’Etat, ces organisations réalisent des bénéfices sur le dos des chômeurs qu’elles sont censées accompagner et former, et ce au détriment du service rendu (voir « l’entretien avec un chômeur »).

L’autre conséquence concrète de cette ouverture à la concurrence, en particulier, mais aussi de ce système qui marche sur sa tête, en général, est l’état financier et organisationnel désastreux du principal organisme de formation des adultes, l’AFPA.

De plus en plus endettée depuis 3 ans, l’AFPA, « victime » d’une concurrence sauvage où les entreprises nouvellement créées sont largement favorisées et les services rendus aux chômeurs médiocres, se retrouve aujourd’hui devant la cessation de paiement. Faisant appel à l’Etat pour l’obtention d’une nouvelle subvention de 200 000 000 d’€ avant la fin de l’année, le nouveau directeur de l’AFPA prévoit un redressement sur 3 ans.
Sans jamais remettre en cause les mesures libérales de concurrence, la marchandisation de l’accompagnement et la formation des chômeurs, le marché de l’emploi, le licenciement, et tout un système qui ne fonctionne pas, son argument premier est la  « pyramide d’âge favorable ». Aussi, le prochain départ à la retraite de plus de 1000 employés, soit 15% des effectifs, et autant de postes et de services supprimés au moment où les demandeurs d’emploi ont besoin, plus que jamais, d’une formation de qualité. A cela s’ajoutent, comme mesure d’urgence pour que l’AFPA dispose de fonds propres et non pour que les ouvrières et ouvriers disposent d’un centre de formation digne de ce nom :

  • la restructuration du centre, pour augmenter la productivité et non la qualité de formation pour les chômeurs, la mise en place de l’ingénierie commerciale, pour plus d’agressivité par rapport aux concurrents et non pour mieux accompagner les demandeurs d’emploi,
  • le renouvellement de la palette de formations, pour les rendre plus attractives aux entreprises et ainsi répondre à leurs besoins, et non aux besoins des travailleuses et des travailleurs, etc.

Ainsi, l’AFPA compte devenir un acteur adapté à la nouvelle situation de marchandisation des services publics où l’accompagnement, la formation, et les besoins des demandeurs d’emploi n’ont plus aucune importance.

AFPA BALMA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s